Droit à naître des filles

Dans certains pays, l'apparition d'une fille est reconnue comme un poids, en raison d'un coût qui n'apporte rien à la famille puisque la fille quitte ensuite ses parents pour enrichir un autre foyer,...



Catégories :

Droit des femmes - Démographie - Statistiques - Démographie de la Chine - Inde

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le droit des filles à naître - Il manque 163 millions de femmes en Asie.... En Chine, l'apparition d'une fille est reconnue comme un désastre car, ... (source : evolutionnaire.free)
  • En Inde, en Chine, au Pakistan les filles sont tuées à l'apparition, ... Des femmes qui se nient le droit d'exister en refusant de laisser naître, ... (source : tsr)
  • En Inde, en Chine, au Pakistan les filles sont tuées à l'apparition, ... Des femmes qui se nient le droit d'exister en refusant de laisser... (source : forum.magicmaman)

Dans certains pays, l'apparition d'une fille est reconnue comme un poids, en raison d'un coût (soins, habillement, nourriture... ) qui n'apporte rien à la famille puisque la fille quitte ensuite ses parents pour enrichir un autre foyer, et de surcroît quelquefois même au prix d'une dot, tandis que celle d'un garçon assure la continuité du foyer et de ses revenus. Pour s'éviter ces inconvénients, nombre de couples vivant dans ce type de culture choisissent, s'ils le peuvent, d'avoir des garçons plutôt que des filles. Ce choix peut prendre la forme d'un avortement dans le cas d'une grossesse, si on peut déterminer le sexe de l'enfant; d'infanticides à l'apparition, ou de négligence des filles au profit des garçons.

Le phénomène existe en Asie, et prend des traits spécifiques en République populaire de Chine liés à l'Histoire depuis la révolution culturelle.

Le poids démographique de la Chine dans la population mondiale induit une disparité dans les années qui viennent : la situation porte atteinte au droit à naître des filles.

La structure sociétale dans certains pays d'Asie amène à une disparité des naissances, le droit à naître des bébés filles pesant moins lourd qu'une stratégie familiale visant à apporter un héritier mâle dans une perspective de perpétuation du patrimoine.

On retrouve cette situation dans les pays d'Asie du Sud-Est , mais également en Afghanistan et au Pakistan. Les traits propres à la Chine ainsi qu'à l'Inde font ici l'objet d'une description spécifique.

Une idylle enfantine, tableau de Bouguereau peint en 1900.

Projections à l'échelle mondiale

«Selon les démographes, le déficit de femmes pourrait atteindre 200 millions en 2025 sur la planète.»

— Projection publiée dans le Monde[1].

Les estimations actuelles (2008) concernant le déséquilibre portent sur 100 millions de personnes.

Chine

Articles détaillés : Démographie de la Chine et Politique de l'enfant unique.
Estampe décrivant la répartition des rôles de la vie communautaire dans la culture chinoise respectant les traditions.

De façon respectant les traditions, en Chine, l'apparition d'une fille est reconnue par les familles comme un disastre. Comme le veulent les traditions ancestrales, c'est par le garçon que se transmettra le nom et le patrimoine de la famille. Aussi, c'est lui qui restera, même après son mariage, auprès de ses parents et s'occupera d'eux à leur vieillesse.

Quant à la fille, elle est nommée à se marier un jour et quitter ainsi les siens. Par conséquent, elle a toujours été perçue comme une charge, un fardeau lourd à supporter économiquement. Par conséquent, on comprend l'ampleur des infanticides visant principalement les filles. En Chine, la politique de l'enfant unique en vigueur depuis les années 1979 a certes eu le mérite de freiner la démographie galopante mais, en même temps, elle a aggravé la situation des filles : «Dans la mesure où il ne faut avoir qu'un seul enfant alors ce sera nécessairement un garçon» : tel est le raisonnent des millions de parents. C'est ainsi que disparaissent «mystérieusement» chaque année en Inde et en Chine, des millions de filles.

Aujourd'hui, cela a pris des allures plus «douces», grâce aux progrès de la médecine. Le recours grandissant à l'échographie prénatale, y compris dans les campagnes, est la principale cause des interruptions volontaires de grossesse dans ces deux grands pays. Quoique la révélation par le médecin ou le radiologue du sexe du fœtus lors d'une échographie soit interdite par la loi, 90 % des IVG effectuées en Inde concernent des fœtus de sexe féminin.

En Chine, les conséquences sont alarmantes : un déséquilibre filles/garçons se creuse. En effet, actuellement on compte 117 naissances masculines en moyenne pour 100 naissances féminines tandis qu'au niveau mondial, 105 garçons naissent en moyenne, pour 100 filles : si quoiqu'la plupart d'hommes ne trouveront jamais de femme pour créer une famille dans les années à venir. Cette situation génère des trafics de femmes et une accentuation du développement de la prostitution en République populaire de Chine. Ainsi en 2002, un homme a été condamné à mort pour avoir retiré puis vendu une centaine de femmes à des chinois célibataires dans la province du Guangxi. Dans la province du Yunnan des dizaines de femmes ont pu être libérées avant d'être vendues à des réseaux mafieux de la prostitution. Elles étaient conçues pour alimenter les lieux de prostitution comme esclaves sexuelles dans les centres urbains de l'Asie du sud-est . D'autres femmes devaient rejoindre Taïwan pour s'y marier [2][3].

Selon l'interview récente d'un responsable chinois, cette situation de rebond liée à la politique démographique ne changera pas dans un avenir proche.

Inde

Article détaillé : Démographie de l'Inde#Manque de femmes.
Migration pendulaire à Bombay. Depuis sa transition démographique, l'Inde a multiplié par 5 sa population, mais l'écart entre les naissances des garçons et des filles a été décuplé dans la même durée.

En Inde, une mère est honorée si elle donne le jour à un fils mais stigmatisée si c'est une fille, car cette naissance est jugée honteuse et veut dire pour ses parents une catastrophe financière annoncée, car ils devront payer une dot importante pour la marier. À chaque grossesse, les femmes préfèrent par conséquent vérifier le sexe du fœtus, et elles avortent plusieurs fois dans leur vie jusqu'à être sûre d'attendre un garçon. Des millions de fœtus féminins sont ainsi éliminés chaque année en Inde.

Ce sont désormais les régions prospères et les grandes villes, à l'endroit où les dots sont élevées, qui voient naître le moins de filles : certains villages du Punjab affichent moitié moins de naissances de filles que de garçons. D'où un déficit croissant de femmes : au recensement de 2001, l'Inde comptait plus de 36 millions d'hommes de plus que de femmes. À Bombay, par exemple, les femmes "manquantes" représentent presque un quart de la population féminine, indique le livre de référence sur ce sujet, Lorsque les femmes auront disparu. L'élimination des filles en Inde et en Asie, de Bénédicte Manier (La Découverte, 2008, http ://www. editionsladecouverte. fr/catalogue/index. php?ean13=9782707156242). . [4].

Cette situation a des conséquences énormes qui inquiètent les autorités publiques de voir des villages entiers d'hommes célibataires se former, avec les déséquilibres induits ; mais aussi des trafics d'êtres humains comportant des rapts qui sont apparus en réponse à cette situation.

Japon

Sans être concerné par la politique de l'enfant unique qui caractérise la Chine, le Japon montre des traits de similitude de par ses traditions sociales qui célèbrent les garçons dans une famille au détriment des filles.

Le détail est relevé par la romancière Amélie Nothomb qui affirme[5] avoir pris conscience, à trois ans dit-elle, de l'acuité des problématiques de la condition féminine dans son pays d'adoption en dénonçant le caractère inique des traditions visant, lors d'une fête calendaire, à hisser des fagnons-carpes sur un mat indiquant au voisinage la présence de garçons dans la maisonnée.


Le point de vue religieux

Notes et références

  1. Source : Plantu, recueil Je ne dois pas dessiner... , 2006.
  2. Chine un pays à la dérive sexuelle
  3. Trafic humain en Chine
  4. Ces informations sont tirées du livres de Bénédicte Manier, Lorsque les femmes auront disparu. L'élimination des filles en Inde et en Asie, enquête parue à La Découverte en 2008. Sous copyright La Découverte : ne pas reproduire sans autorisation
  5. Amélie Nothomb dans son roman particulièrement beaucoup autobiographique Métaphysique des tubes.

Liens externes

Lien vers le livre de Bénédicte Manier : http ://www. editionsladecouverte. fr/catalogue/index. php?ean13=9782707156242

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_%C3%A0_na%C3%AEtre_des_filles.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu