Groupe de renormalisation

En mécanique statistique, le groupe de renormalisation est un ensemble de transformations qui permettent de transformer un hamiltonien en un autre hamiltonien par élimination de degrés de liberté tout en laissant la fonction de partition invariante.



Catégories :

Physique statistique - Statistiques - Physique quantique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • transformations du groupe de renormalisation, est par conséquent simplement reliée au flot de la constante de couplage h (le champ externe) par. Wh = (D − ∆φ) h... (source : ipht.cea)

En mécanique statistique, le groupe de renormalisation (qui est plutôt un semi-groupe, les transformations n'étant pas inversibles) est un ensemble de transformations qui permettent de transformer un hamiltonien en un autre hamiltonien par élimination de degrés de liberté tout en laissant la fonction de partition invariante.

Le groupe de renormalisation sert à calculer les exposants critiques d'une transition de phase. Il permet aussi de prédire la transition Berezinsky-Kosterlitz-Thouless.

En physique de la matière condensée, il sert à traiter l'Effet Kondo, et le Liquide de Luttinger. Il a aussi des applications dans la théorie des dispositifs désordonnés.

Historique

En mécanique statistique, le groupe de renormalisation a été introduit par Kenneth G. Wilson au début des années 1970. Jusque là, en théorie quantique des champs, le groupe de renormalisation avait été étudié comme une invariance de la théorie des champs renormalisée sous l'effet d'une variation des paramètres nus pour un point de soustraction fixé par E. Stueckelberg et A. Petermann (1953), mais aussi par M. Gell-Mann et F. Low (1954).

Le groupe de renormalisation dans le cadre de la théorie quantique des champs est discuté dans le livre de Bogoliubov et Shirkov. Cependant, les techniques de renormalisation issues de la théorie des champs n'ont été appliquées aux phénomènes critiques qu'après les travaux de Wilson.

Pour l'effet Kondo, le travail de P. W. Anderson, D. R. Hamman et A. Yuval (1970) utilise des techniques analogues au groupe de renormalisation, quoique ce travail soit antérieur à celui de Wilson sur les phénomènes critiques. M. Fowler et A. Zawadowski ont ensuite développé une approche de renormalisation multiplicative issue de la théorie des champs (1974). La solution de l'effet Kondo par un groupe de renormalisation numérique est due à Wilson (1975).

Dans le cas du liquide de Luttinger, la solution par le groupe de renormalisation est toujours due à J. Solyom et A. Zawadowski (1974). En ce qui concerne la transition de Berezinskii-Kosterlitz-Thouless, sa prédiction par le groupe de renormalisation remonte à 1973.

Définition

Considérons un ensemble de degrés de libertés noté φ (x) (par exemple φ (x) peut représenter la densité d'aimantation dans un dispositif magnétique ou bien des spins dans un modèle d'Ising), et séparons des degrés de liberté, φ < et φ >. Dans le cas d'un modèle continu, φ > correspondra à la partie du champ φ (x) dont les composantes de Fourier correspondent à de courtes longueurs d'onde. Pour un modèle discret comme le modèle d'Ising φ < représente un sous ensemble de la totalité des spins qui va etre éliminé par une transformation de décimation.

Appelons Z la fonction de partition du modèle et H[φ] = H<, φ > ] le hamiltonien. La fonction de partition s'écrit :

Z = \int d[\phi] eˆ{-H[\phi]/k_B T},

et la transformation de renormalisation R est :

<img class=H'= R (H)

La transformation donne une expression de la fonction de partition :

 Z= \int d[\phi_<] eˆ{-H'[\phi_<]/k_B T}

Un exemple particulièrement simple de renormalisation est donné par le modèle d'Ising en une dimension. Si on choisit comme φ < les spins σ2n et comme φ > les spins σ2n + 1 on vérifie aisément que la transformation de renormalisation change le hamiltonien du modèle d'Ising en une dimension avec interaction J en le hamiltonien d'un modèle d'Ising en une dimension avec une interaction J'= kBTln (cosh (2J / kBT) ) / 2. Généralement, le nouveau hamiltonien produit par la transformation de renormalisation est plus compliqué que le hamiltonien d'origine, et il est indispensable de faire certaines approximations.

Dans le cas des modèles continus, comme le choix de la limite imposée aux composantes de Fourier n'est pas imposé par la transformation, les transformations du groupe de renormalisation sont des transformations continues. On note l'application successive de transformations Rs et Rs' sous la forme Rs + s' = RsRs'.

Points fixes

En itérant les transformations du groupe de renormalisation pour des valeurs spécifiques des paramètres initiaux, il est envisageable d'atteindre un point fixe, c'est-à-dire un hamiltonien H * tel que H * = R (H *) . Dans la théorie des phénomènes critiques, les transformations de renormalisation étant liées à des changements d'échelles un dispositif décrit par un hamiltonien de point fixe présente la meme apparence quelle que soit l'échelle à laquelle il est reconnu. Cela veut dire que les fonctions de corrélations doivent être de la forme :

 \langle \phi(r) \phi(0) \rangle \sim rˆ{-(d-2+\eta)}

c'est-à-dire que le dispositif est au point critique et qu'il présente une longueur de corrélation \xi=\infty.

Champs essentiels et inessentiels

Si on suppose à présent qu'on change les paramètres du hamiltonien H, de sorte que ce hamiltonien s'écrive

H = H * + giOi
i

où les Oi sont nommés les «opérateurs» et les gi sont nommés les «champs». On peut étudier comment le hamiltonien évolue sous l'effet des transformations de renormalisation successives. Pour fixer les idées, imaginons que le groupe de transformations est un groupe continu. Les champs gi obéissent alors à des équations d'évolution :

\frac{dg_i}{ds}=\beta_i(g_1,\ldots,g_n)

Si on veut étudier la stabilité, il suffit de linéariser les fonctions βi. Après une éventuelle transformation linéaire, les équations d'évolution des champs ont pour solutions :

 g_i=eˆ{s y_i} g_i(0) .

Pour yi > 0, le champ gi croit sous l'effet des transformations de renormalisation. On dit que gi est un «champ essentiel» (terminologie de C. Itzykson et J. M. Drouffe) ou «pertinent» (terminologie de N. Boccara). En anglais on parle de «relevant field».

Pour yi < 0, le champ gi decroît sous l'effet des transformations de renormalisation. On dit que gi est un «champ inessentiel» (terminologie de C. Itzykson et J. M. Drouffe) ou «non pertinent» (terminologie de N. Boccara). En anglais on parle de «irrelevant field».

Pour yi = 0, le champ gi ne fluctue pas à l'ordre linéaire. On parle alors de «champ marginal». Pour connaitre la stabilité du point fixe il faut aller au-delà de l'ordre linéaire. Pour un champ croissant à l'ordre non linéaire on parlera d'un champ «marginalement essentiel» ou «marginalement pertinent» («marginally relevant» en anglais).

Dans la théorie des phénomènes critiques, la température et le champ magnétique sont les seuls champs pertinents au voisinage du point critique. La solution des équations de renormalisation sert à montrer qu'au voisinage du point critique l'énergie libre est de la forme :

F = (TTc) 2 − αf (H / (TTc) γ + β)

et satisfait par conséquent l'hypothèse d'homogénéité de Widom. D'une façon plus générale, le groupe de renormalisation sert à prédire la totalité des exposants critiques du dispositif en étudiant comment son hamiltonien s'éloigne du hamiltonien de point fixe sous l'action du groupe de renormalisation.

Méthodes de renormalisation

«There is no cookbook for the renormalization group»

— K. G. Wilson

Il existe une énorme variété de façons d'implémenter le groupe de renormalisation. En premier lieu, on peut utiliser une approche numérique où on utilise un ordinateur pour garder l'ensemble des constantes de couplage générées par la décimation.

En second lieu, on peut utiliser une approche analytique, perturbative autour d'un point fixe. Parmi les approches perturbatives, on peut mentionner l'approche originale de Wilson d'intégration sur les modes de courte longueur d'onde, les méthodes diagrammatiques issues de la théorie quantique des champs (Brézin, Zinn-Justin, Le Guillou), la renormalisation mutiplicative (Solyom, Fowler, Zawadowski, Di Castro, Jona-Lasinio), les méthodes de gaz de Coulomb (Kosterlitz, Halperin, Nelson, Young), les méthodes de développement de produits d'opérateurs (Cardy).

Enfin, des approches analytiques non-perturbatives ont été développées par A. Houghton et indépendamment par J. Polchinsky. Elles ont trouvé des applications dans la théorie des dispositifs désordonnés.

Références


Bibliographie

  • Jean Zinn-Justin ; Transitions de phase, Collection Savoirs Actuels, EDP Sciences (2005), ISBN 2-86883-790-5.
  • Hagen Kleinert and Verena Schulte-Frohlinde, Critical Properties of φ4-Theories, World Scientific (Singapore, 2001) ; Paperback ISBN 981-02-4658-7 ([1] online)
  • Michel Le Bellac, Des Phénomènes critiques aux champs de jauge, CNRS-Interéditions (198?), ISBN
  • Claude Itzykson et Jean-Michel Drouffe, Théorie statistique des champs, CNRS-Interéditions (198?), ISBN
  • N. M. Bogoliubov et D. V. Shirkov, Introduction à la théorie des champs quantiques, Dunod (195), ISBN
  • N. Boccara ; Symétries brisées, Herrmann (19??), ISBN
  • Philip W. Anderson ; Basic notions of condensed matter physics, Addison-Wesley (19??), ISBN
  • J. L. Cardy ; Scaling and Renormalization in Statistical Physics, Oxford University Press (199?), ISBN
  • Michel Bauer Introduction aux liens entre mécanique statistique et théorie des champs
  • A. Pelissetto et E. Vicari ; Critical Phenomena and Renormalization-Group Theory, (2000). Texte complet disponible sur l'ArXiv : cond-mat/0012164.
  • Hagen Kleinert, "Critical exponents from seven-loop strong-coupling φ4 theory in three dimensions". Physical Review D 60, 085001 (1999) ] DOI :10.1103/PhysRevD. 60.085001.
  • T. R. Morris ; The Exact Renormalisation Group and Approximate Solutions, (1993). Texte complet disponible sur l'ArXiv : hep-ph/9308265.
  • J. Berges, N. Tetradis, C. Wetterich ; Non-Perturbative Renormalization Flow in Quantum Field Theory and Statistical Physics, (2000). Texte complet disponible sur l'ArXiv : hep-ph/0005122.
  • C. Bagnuls et C. Bervillier ; Exact Renormalization Group Equations. An Introductory Review, (2000). Texte complet disponible sur l'ArXiv : hep-th/0002034.
  • K. -J. Wiese ; The Functional Renormalization Group Treatment of Disordered Systems : a Review, (2003). Texte complet disponible sur l'ArXiv : cond-mat/0302322.
  • R. Shankar ; Renormalization Group Approach to Interacting Fermions (1993). Texte complet disponible sur l'ArXiv : cond-mat/9307009.
  • Hidenori Sonoda ; Wilson's Renormalization Group and Its Applications in Perturbation Theory, cours donnés à l'APCTP/CQUeST Field Theory Winter School (Février 2006), Pohang (Korea). Texte complet disponible sur l'ArXiv : hep-th/0603151.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_de_renormalisation.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu