Matière molle

La matière molle rassemble des états de la matière ou des matériaux connaissant une réponse forte pour un très faible signal de commande.



Catégories :

Physique statistique - Statistiques - Physique de la matière condensée

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La matière molle est l'étude du comportement des matériaux spéciaux comme les ... Leur étude implique un couplage entre mécanique, chimie et physique, ... (source : catalogue.polytechnique)

La matière molle rassemble des états de la matière ou des matériaux connaissant une réponse forte pour un très faible signal de commande. A titre d'exemple, les cristaux liquides : des molécules présentes dans une fine pellicule de l'écran sont réorientées par application d'une particulièrement faible tension électrique.

Le terme matière molle a été découvert par Madeleine Veyssié[1] : C'était à titre de "private joke" en petit comité, on n'était tandis qu'une poignée à travailler dans ce domaine. [2]

Madeleine Veyssié était une proche collaboratrice au Collège de France de Pierre-Gilles de Gennes. Ce dernier obtient prix Nobel de physique en 1991 pour la totalité de ses contributions à la physique, et surtout ses travaux pionniers sur l'étude de la matière molle. Je crois quoique Pierre-Gilles, qui était tout sauf trivial, n'a jamais énormément apprécié cette expression à connotation quelque peu rabelaisienne. [3] La physique de la matière molle décrit les propriétés de fluides complexes et des systèmes moléculaires organisés qui sont fréquemment intermédiaires entre celles des liquides et celles des solides. Tous ces dispositifs ont une susceptibilité importante comparé aux sollicitations extérieures et les interactions mises en jeu entre objets sont de l'ordre de l'excitation thermique, de sorte que les fluctuations thermiques jouent un rôle important. Les échelles de taille pertinentes sont dans le domaine mésoscopique entre 1 nm et 100 nm. Les interfaces jouent fréquemment un rôle essentiel. Les dispositifs étudiés incluent les polymères, les cristaux liquides, les colloïdes, les tensioactifs, l'adhésion et le mouillage.

Les applications de la matière molle sont nombreuses. Elles vont de l'agroalimentaire (mousses, épaississants, émulsions... ), aux cosmétiques, à la récupération assistée du pétrole. C'est par conséquent un domaine de la physique extrêmement actif autorise la fois de répondre à des questions principales, mais également de trouver des débouchés intéressants.

Plusieurs laboratoire en France s'intéressent à des problèmes de matière molle. Parmi eux, on peut citer :


Notes et références

  1. Le rôle de Madeleine Veyssié dans la genèse du terme matière molle est relaté dans le chapitre consacré à la matière molle du livre Demain la physique (Odile Jacob ISBN 2-7381-1458-X, avril 2004, 245 x 155, 384 pages, http ://www. lps. ens. fr/∼balibar/demain. html).
  2. M. Mitov, Matière sensible - Mousses, gels, cristaux liquides et autres miracles (Seuil, 2010), pages 166-167.
  3. P. -G. de Gennes, Les génies de la science (hors-série Pour La Science, n°40, 2009), page 67.

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Mati%C3%A8re_molle.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu